Partagez | 
 

 Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 29
Ϟ Points : 240
Ϟ Âge : 27 ans depuis peu (18 janvier) Il est du signe du capricorne.
Ϟ Statut de sang : Sang-mêlé (mère non-maj, père sorcier)
Ϟ Emploi - Études : anciennement journaliste, désormais esclave.
Ϟ Crédits : whorecrux
Isaiah A. Lawniczak

MessageSujet: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 18:06

Veritaserum
Tell me who you are
Pseudo : styxx (audrey) Âge : 26 y.o. #mamie Pays : france, nord-pas-de-calais Crédits : blueorchid Comment nous as tu trouvé ? j'ai des entrées VIP. non, je rigole, j'ai trouvé le projet sur Bazz' et j'ai décidé de vous rejoindre sur un coup de tête. I REGRET NOTHING.  Un dernier mot : laissez moi le temps de me poser, que j'aille tout lire de fond en comble What a Face
Nom & Prénom(s) : Lawniczak, nom polonais tout droit hérité de son père, Isaiah, prénom à consonance hébraïque, trahissant son héritage juif qui signifie "Dieu est le salut", Abraham, second prénom, tout droit hérité de son grand-père.   Âge & date de naissance : Agé de 26 ans, Isaiah est né le 18 janvier 1990, il va d'ailleurs fêter son 27e anniversaire très bientôt. Lieu de naissance & nationalité : Isaiah n'est pas d'ici, Isaiah vient de la lointaine Europe, plus précisément d'Europe de l'est. Il a vu le jour à Cracovie, en Pologne. N'ayant jamais été naturalisé canadien, il est toujours polonais, même s'il préfère ne jamais dévoiler ses origines.  Statut de sang : Isaiah est sang-mêlé. Ce statut un peu bâtard est à l'origine d'une véritable crise identitaire. Son père, un sorcier avait beaucoup d'attentes le concernant, des attentes impossibles à satisfaire puisque Isaiah a révélé sa magie très tardivement et de sa mère, une non-maj est juive, faisant de lui un juif également. Il n'a jamais réellement su se positionner quant à tout ça, dans un cas comme dans l'autre il ne se sentait jamais vraiment chez lui, jamais légitime, trop ceci ou pas assez cela.  Situation familiale : Compliquée. Sa vie est compliquée, depuis qu'il a rejoint le Canada. Ses parents étaient mariés et ne se sont jamais séparés. Ils étaient heureux, amoureux et unis. Pourtant, ils ont extrêmement mal pris le fait qu'Isaiah veuille quitter le nid familial, surtout le père, au point qu'Isaiah est presque parti en claquant la porte. Elina, la mère non-maj est restée en Pologne et Stephen, le père sorcier a fait le voyage jusqu'au Canada pour retrouver son fils et avoir une sérieuse discussion avec, sauf qu'ils n'ont jamais eu la possibilité de se réconcilier: Stephen est mort dans les émeutes qui ont ensanglanté le Canada quelques années plus tôt, ce qui a davantage compliqué les rapports d'Isaiah avec son identité de sorcier. Situation financière : En tant qu'esclave, Isaiah ne possède rien, aucun patrimoine, aucun héritage, il vit aux crochets des non-maj qui l'ont acheté, il a même été privé de sa dignité puisque  même son statut d'être humain a été nié.   Situation amoureuse : Actuellement Célibataire, Isaiah n'a pourtant pas eu une vie amoureuse de tout repos. Il avait pris l'habitude de noyer sa solitude dans les histoires d'un soir, sans réelle importance, jusqu'à ce qu'il soit acheté par une famille de non-maj. Ils avaient une fille, qui avait à peu près le même âge qu'Isaiah (ou peut-être était-elle plus jeune) avec laquelle le jeune homme a eu une aventure qui a duré quelques mois. La situation s'est compliquée quand Isaiah a su qu'elle était tombée enceinte. Aujourd'hui, il est papa d'un garçon de deux ans et demi, mais son statut d'esclave l'empêche de reconnaître cet enfant comme étant son fils. Actuellement, il n'est plus dans cette famille, il a été racheté par d'autres et par extension, il n'a quasiment plus de contact avec son ex, et encore moins son fils.  Orientation sexuelle :hétérosexuel, il a jadis accumulé les relations d'un soir, incapable de se lier avec qui que ce soit. Il se complaît désormais dans la solitude, ne cherche pas vraiment d'autre compagnie que la sienne, déjà pénible à supporter. Métiers &/ou études : Isaiah a étudié à Durmstrang, avant de s'envoler pour le Canada dès son diplôme en poche. Autrefois il voulait devenir journaliste mais il n'a pas beaucoup profité de son métier: son statut de sorcier puis d'esclave l'a mené tout droit à la ruine. Il est sans activité, malgré son immense potentiel.  Groupe : Sorciers



Petit test de personnalités sous forme de jauges en pourcentage, histoire d'avoir un aperçu plus global de votre personnage. Pour remplir une jauge il vous suffit de modifier la valeur comme vous le souhaitez, de dix en dix, ainsi que le pourcentage noté à la suite. Si en dessous de 20% ou au dessus de 80% merci de justifier le pourquoi dans la partie explications un peu plus bas.
Petit exemple pour illustrer : Un personnage ayant 10% en sang-froid sera très vite déstabilisé par un comportement ou une situation inhabituelle, à 50% il sera apte à se contenir face à la plupart des situations classiques de sa vie, qu'il a déjà pu affronter et pour face auxquelles il sait donc comment agir. Au delà de 80%, il aura une parfaite maîtrise de lui même et saura rester stoïque face à la quasi totalité des situations difficiles (aussi bien émotionnelles que visuelles).
Moralité
60%
Pragmatisme
80%
Sociabilité
20%
Combativité
70%
Ambition
10%

Explications éventuelles : Moralité + Isaiah a des principes et il s'y tient. C'est un homme honnête et droit, il déroge rarement à la ligne de conduite qu'il s'est fixée. Pourtant, il a sa propre conception de la justice, elle est parfois à géométrie variable surtout quand il s'agir de préserver ses propres intérêts. Il a parfois fait des choses dont il n'était pas fier mais s'il devait avoir une devise, ce serait sans doute "nécessité fait loi". Il ne fait rien d'autre que ce qu'il juge strictement nécessaire sur le moment, même si cela doit aboutir à des solutions peu orthodoxes. En effet, Isaiah est paradoxalement profondément anticonformiste. Il a cette capacité à tout remettre en question dont il use et abuse, il a un point de vue très critique sur ce qu'on lui propose, il n'est pas du genre à suivre aveuglément quelqu'un. Il réfléchit, il prend du recul, il analyse.

Pragmatisme + Isaiah n'est pas du genre à partir dans de grandes considérations théoriques qui n'ont aucun sens. Les dogmes, ce n'est vraiment pas son truc. Il préfère le concret, tout ce qui peut être tangible. Il ne se contentera jamais de promesses en l'air, de spéculations hasardeuses, il a besoin d'éléments solides pour se faire une idée de la situation. Il n'est pas non plus du genre à faire des plans sur la comète, même s'il est capable d'anticiper sur n'importe quelle situation. Il a également tendance à se baser sur ses expériences passées et les relie à la situation actuelle. C'est quelqu'un de rationnel et raisonnable, il y a très peu de place pour la rêverie et la fantaisie. On pourrait même dire qu'il est un peu rabat-joie et qu'il casse l'ambiance.

Sociabilité + Isaiah n'est pas très sociable, il est même plutôt solitaire et renfermé sur lui-même. Les gens, il ne les supporte qu'à petite dose. Il faut dire qu'il s'ennuie très vite en compagnie des autres personnes, il se lasse très rapidement de ses fréquentations car elles ne sont pas assez stimulantes pour lui, pire, il est souvent déçu et accorde rarement de seconde chance. Il n'a tout simplement pas encore trouvé la personne qui saura le captiver réellement et retenir son intérêt durablement. Cela le condamne inévitablement à la solitude car personne n'est à la hauteur de son esprit brillant - tous lui paraissent superficiels, futiles, inintéressants. Le jugement paraît sévère et c'est sans doute le cas, car on le pense - souvent à tort - arrogant. Il est juste différent, il pense beaucoup, vite, trop vite, si bien qu'il est toujours en décalage par rapport aux autres et c'est horriblement frustrant.

Combativité + Isaiah a la niaque, il a cette énergie du désespoir qui le prend aux tripes et qui lui donne envie de tout casser. Il a tellement perdu et pourtant il est toujours debout, fier, droit dans ses bottes. Il ne lui reste plus que sa rage, un profond sentiment d'injustice qui le consume de l'intérieur et qui le pousse à se battre. Tel un idéaliste, il est prêt à se jeter corps et âme dans les causes qui lui tiennent à coeur. Peut-être deviendra-t-il un farouche résistant, en tout cas, il croit à l'existence d'un monde meilleur et il oeuvre pour, à son échelle, selon ses moyens.

Ambition + Malgré sa niaque, Isaiah n'a pas du tout d'ambition. Il ne sait pas ce qu'il veut faire de sa vie, n'y a pas vraiment réfléchi, est capable de tout plaquer et de changer de vie du jour au lendemain. Son impulsivité lui a souvent joué des tours, et il paraît quelque peu instable, incapable de se fixer un but, un objectif. Malgré son intelligence exceptionnelle, il paraît indécis, très immature, en fin de compte. Le pire, c'est qu'il s'en fout, il ne cherche pas à laisser une trace dans l'histoire du monde, il ne cherche pas le pouvoir, la gloire, la renommée, il se contente de survivre. A la limite, son seul objectif pourrait être de retrouver son fils et faire en sorte qu'ils soient à nouveau réunis, comme une famille. Comme ce n'est pas trop possible pour le moment, ce projet est en stand-by, en attendant, il survit, il vivote comme il peut. Chaque jour de plus passé dans ces conditions est en soi une victoire.

Manipulation + Isaiah est intelligent et il le sait. Son esprit puissant est également calculateur, il est capable d'échafauder des plans en observant simplement quelques détails. Cependant, ce n'est pas son étonnante capacité d'observation qui fait de lui quelqu'un de manipulateur. Il est capable de se mettre dans les baskets de son interlocuteur et d'adapter son discours en fonction, devenant parfois plus habile qu'un politicien. Il a également cette force de persuasion qui fait qu'il est capable de fédérer plusieurs personnes à son opinion. C'est en cela qu'il peut être un très bon leader, il est capable d'écouter et de convaincre, il n'a pas besoin d'intimider ou d'effrayer pour s'imposer, il suffit parfois de brosser les autres dans le sens du poil.

Sang-froid + Quand bien même Isaiah démarre au quart de tour, il perd rarement ses moyens en situation de danger. il garde sa capacité de réflexion et d'adaptation, même s'il lui arrive parfois de se planter parce qu'il n'est pas infaillible. Il a quelques phobies - il est claustrophobe, il a peur de l'eau et il déteste rester dans l'obscurité et n'aime pas beaucoup les hauteurs. Dans le fond, il doute beaucoup de lui mais il ne l'avouera jamais - trop de fierté. C'est surtout son instinct de survie qui l'aidera à s'extirper des situations dangereuses, voire inextricables et c'est parfois dans ce fameux instinct de survie qu'il est capable de puiser des ressources insoupçonnées. Il est cependant très impulsif, très colérique, il a un tempérament très versatile, disons qu'il y a des choses qui l'énerveront plus rapidement que d'autres.  

Loyauté + Isaiah est loyal, il est fidèle et fiable, on peut compter sur lui. Il fait un camarade de lutte très efficace et il pourrait être un bon ami s'il donnait aux autres les moyens de se lier à lui durablement. Il a des convictions, il est droit dans ses bottes et il n'est pas du genre à balancer, même pour sauver sa peau. Quand il est impliqué dans une cause qui lui tient à coeur, il ne changera pas sa veste comme on change de chemise, il est même inflexible de ce côté là.

Sensibilité + Pour Isaiah, la sensibilité n'est certes pas à confondre avec la sensiblerie, mais c'est surtout le fait d'être réceptif à son environnement extérieur. Isaiah observe, analyse, décortique chaque élément qui lui parvient, il ne laisse rien passer. Outre cet esprit d'analyse, il a aussi cette sensibilité à fleur de peau, il réagit vite, trop vite, intensément, il ne contrôle pas sa colère ou ses autres émotions. Il explose, il s'emballe, il démarre au quart de tour, chacune de ses émotions le prend aux tripes, il n'y a jamais de demi-mesure. Ses colères sont magistrales, quand il pète les plombs, ce n'est pas à moitié. Il vit à cent à l'heure, se pose parfois pour réfléchir et repart tout aussi rapidement, sans jamais prendre de pause. Il devient difficile à suivre, il paraît dans son monde et en même temps, sa lucidité sur le monde qui l'entoure en surprend plus d'un.

Empathie + Sans être une éponge à émotions pour autant, Isaiah est très réceptif à son environnement extérieur, il est capable de déceler un changement d'humeur dans une pièce. Cela lui est très utile pour cerner son interlocuteur et il s'en sert pour rallier les gens à sa cause. Il n'a pas vraiment de scrupules à se servir de son empathie comme d'une arme. Son empathie fait aussi qu'il est obligé de s'isoler pour ne pas subir de sucharge émotionnelle, il devient rapidement nerveux quand il sent que son interlocuteur est triste (ou autres), car il ne sait pas forcément comment gérer la situation, ce qui le rend possiblement maladroit dans sa façon d'envisager ses relations interpersonnelles. Il a même tendance à fuir quand il sent qu'il commence à s'impliquer un peu trop émotionnellement.

(Les jauges suivantes sont facultatives. Vous pouvez en remplir seulement certaines, toutes, ou au contraire aucune.)
Manipulation
60%
Sociopathie
0%
Sang froid
40%
Altruisme
40%
Loyauté
70%
Sensibilité
80%
Empathie
80%

Caractère : Isaiah est tourmenté. Depuis son plus jeune âge, il n'a jamais su où se trouvait réellement sa place. Il a toujours été bercé entre deux mondes, entre deux natures : celle de non-maj, et celle de sorcier. Il est essentiellement caractérisé par un conflit d'identité permanent, ce qui rend à ses yeux sa situation encore plus injuste. Il a pour ainsi dire le cul entre deux chaises, pourquoi subit-il le traitement réservé aux sorciers alors qu'il ne l'est qu'à moitié ? Même en tant que non-maj il n'a pas sa place : certes, il y a la magie, mais aussi le fait qu'il soit juif. Il est juif, mais il a été coupé de cette culture, il a été privé de ses racines. Il n'a quasiment aucune connaissance de cet aspect là de sa famille, pourtant, cela n'a pas empêché qu'il a subi l'antisémitisme depuis son plus jeune âge. Il avait un double secret à garder, à cacher, à taire : sa magie et ses origines. Chez les sorciers, ce n'était pas non plus la joie. Isaiah savait qu'il en était un – son père l'a rapidement briefé à ce sujet – mais il a manifesté sa magie vraiment tardivement, au point qu'il a grandi avec la crainte d'être un cracmol et de décevoir son père, qui avait beaucoup d'attentes le concernant. Tout cela a contribué à créer un manque de confiance en lui évident. Il a toujours craint de ne pas être à la hauteur, en réponse à ces doutes perpétuels, il n'a fait que mettre la barre trop haut, partout, tout le temps. Lui-même s'est mis à être exigeant, voire intransigeant, à la fois envers lui mais aussi envers les autres. Il apparaît aussi comme un éternel insatisfait, quelqu'un incapable de se contenter de ce qu'il a et il en veut toujours plus.

Il faut dire qu'il se lasse très rapidement de tout et de tout le monde. Il ne sait pas s'intéresser aux autres, parce qu'il s'ennuie. Rien ne captive son intérêt trop longtemps. Il a besoin de changement, il est même hyperactif. Il est incapable de tenir en place, il veut que ça bouge, il est hors de question de s'enliser dans une routine qui ne ferait que l'étouffer. C'est à cet égard qu'il peut paraître instable, immature. Il peut être un tantinet capricieux, il veut tout, tout de suite. Il ne sait pas attendre, il se frustre facilement quand il n'obtient pas de résultat immédiat. Ça ne veut pas dire pour autant qu'il attend que tout lui tombe tout cuit dans le bec, il est capable de se défoncer pour obtenir ce qu'il veut, même prendre des risques inconsidérés. Isaiah paraît excessif, pour tout, il ne connaît pas la demi-mesure. Sa susceptibilité est exacerbée, il prend la mouche trop rapidement et en plus de ça, il est rancunier, il n'oublie jamais rien, même des années après. Il a un caractère entier, il s'exprime sans filtre, sa franchise peut en déstabiliser plus d'un. Il n'est pas du genre à laisser les autres se créer de faux espoirs. Il peut parfois apparaître brutal dans sa manière de s'exprimer, ou de se comporter, il ne prend pas de gants, il dit les choses comme elles lui viennent, même s'il sait parfois se tempérer pour convaincre. Pourtant, il a un talent indéniable pour la dissimulation, il est parfois difficile de deviner le fond de sa pensée et où il veut en venir, il sait garder les secrets jusqu'à la tombe s'il le faut. Cela s'explique notamment à sa loyauté sans failles, il n'hésitera jamais à mentir pour protéger quelqu'un ou pour défendre une cause qui lui tient à cœur. Ce n'est pas lui qu'il faut torturer pour obtenir des renseignements, il ne dira rien. Certes, il a des principes, il est droit, intègre et ne fait rien qui puisse être contraire à ses principes, mais la nécessité l'emporte parfois et balaie tout le reste.

Il exprime rarement de remords. Il agit toujours selon ce qui lui paraît juste et approprié. Il fait parfois des erreurs, mais il ne regrette rien, il a fait ce qu'il fallait faire. Il n'est pas du genre à s'appesantir sur les erreurs du passé, ou à nourrir une culpabilité inutile. Il n'est pas un martyr, il ne veut pas se faire plaindre. Il a cette fierté parfois démesurée parce que c'est tout ce qui lui reste, sa fierté, ils ne la lui prendront pas. Il peut paraître arrogant, donner l'impression qu'il sait tout mieux que tout le monde et c'est peut-être le cas. Il instaure naturellement une distance entre lui et les autres, il ne souhaite pas se lier, ses amis, il les compte sur les doigts d'une main. Il faut dire qu'il apparaît toujours en décalage, à un point que ça en devient dérangeant, il n'est jamais sur la même longueur d'onde que quiconque, il a toujours une ou plusieurs longueurs d'avance et c'est ce qui créée ce sentiment de frustration généralisé, cet ennui profond.

Car Isaiah est intelligent, très intelligent, on pourrait même dire, sans abus de langage, qu'il est surdoué. Il a une capacité de réflexion ultra rapide, il comprend tout et tout de suite et il ne s'arrête jamais de penser, si bien qu'il paraît souvent perdu dans ses pensées, déconnecté de la réalité. Cette effusion de réflexion l'épuise, il apparaît toujours fatigué, au bout du rouleau. Il est insomniaque, il dort peu et cela se traduit par une certaine irritabilité. Il est perpétuellement de mauvais poil, il est même grincheux. Pourtant, ses capacités, il les cache. Il n'a jamais assumé cet aspect là de sa personnalité, il est mal dans ses pompes et a souvent complexé à ce sujet, au point qu'il s'est saboté tout seul. Durant son adolescence, pour paraître cool aux yeux de ses camarades de classe, il a tout bonnement cessé d'exploiter ses capacités. Il essayait de paraître le plus normal possible, n'avait pas peur de passer pour un con. Il étudiait à peine, pourtant, il obtenait d'excellents résultats. Ouvrir des livres de temps à autres faisaient partie de sa stratégie pour faire illusion, même s'il détestait étudier. Il a parfois séché les cours parce que ça l'emmerdait d'y aller. La discipline à Durmstrang étant plus sévère qu'à Poudlard, par exemple, il a souvent été en retenue et il a même risqué le renvoi. C'est à ce moment là que ses embrouilles avec son père ont commencé. Il n'a jamais compris à quel point Isaiah pouvait s'ennuyer en cours et il titillait les autres pour passer le temps, quitte à répondre aux professeurs. Isaiah est profondément en colère, c'est la seule façon qu'il a trouvée pour s'expier de ses démons.

Il a enfin une forte inclinaison à l'autodestruction, cela fait longtemps qu'il a gaspillé son immense potentiel pour pouvoir être comme les autres. Malgré tout il n'arrive pas à se fondre dans la masse : trop ceci, pas assez cela. Peut-être qu'il est trop original, trop anticonformiste, il a cette capacité naturelle à tout contester, à tout remettre en question. Il peut paraître vraiment chiant, à toujours pinailler mais il est comme ça, il aime la précision, il ne supporte pas la paresse intellectuelle. Il y a cette colère qui le ronge, un instinct qui le pousse à vouloir se saborder lui-même, adolescent, il a fait les quatre cent coups, juste pour montrer que lui aussi était capable de s'amuser. Dans le fond, il voulait juste une bande de copains avec lesquels s'éclater sans vraiment penser au lendemain. C'est aussi à cette époque qu'il a commencé à accumuler les conquêtes d'un soir, quand la solitude était trop écrasante. On lui donnait alors une illusion d'amour, une illusion que peut-être, un jour, tout ira mieux.


More of you

(I) "Lawniczak", son nom de famille a été raccourci en "Lawni" par ses camarades à l'école. Ce sobriquet a toujours irrité Isaiah qui par ailleurs était profondément excédé par tous ces gens qui écorchaient son nom sans cesse. Rares étaient d'ailleurs les personnes qui l'écrivaient correctement du premier coup. Son nom a souvent fait l'objet de railleries et de commentaires désapprobateurs.  (II) Bien qu'étant très observateur, Isaiah n'a pas une très bonne vue. Sa vue faiblit depuis plusieurs années si bien qu'il porte souvent des lunettes, pour reposer ses yeux. Par ailleurs, il ne supporte pas les endroits trop éclairés, les néons des non-maj sont un véritable calvaire pour lui. La trop forte luminosité entraîne des migraines ophtalmiques terribles qui le rendent littéralement malade.   (III) Isaiah est ce qu'on appelle un fumeur compulsif, il est accro au tabac depuis son adolescence. Il a rapidement pris l'habitude de fumer cigarette sur cigarette quand il révisait ses cours ou simplement pour calmer son anxiété. D'ailleurs, c'est principalement l'excuse qu'il donne quand on lui fait remarquer son tabagisme excessif. Ses vêtements sont imprégnés de l'odeur du tabac. Ceci dit, il fume nettement moins depuis qu'il a été réduit en esclavage, tout dépend s'il arrive à se procurer ses précieuses clopes depuis l'extérieur.   (IV) Isaiah était un enfant turbulent et ça ne s'est pas arrangé pendant l'adolescence. Au fil des années, il a encaissé beaucoup de colère ainsi qu'un profond sentiment d'injustice. Il avait besoin d'extérioriser cette rage qui le consume encore aujourd'hui, voilà pourquoi il était bagarreur en plus d'avoir des gros problèmes de gestion de la colère. C'est d'ailleurs l'une des rares situations où il perd son sang-froid, colérique et impétueux, il cognait avant de parler ce qui lui a valu bien des ennuis, au point de manquer de se faire renvoyer de son ancienne école. Il a toutefois fini par se calmer, même si sa fougue est restée - de façon nettement plus atténuée, bien entendu. (V) Malgré son intelligence remarquable, Isaiah était un très piètre sorcier. Ses pouvoirs ont toujours été capricieux, à l'image du jeune sorcier et il n'était même pas capable d'exécuter un sort correctement, ce qui lui a valu de nombreuses crises de nerfs. Malgré ses efforts soutenus pour progresser et pour pouvoir passer en année supérieure, son niveau global est resté très faible. On ne peut pas être bon partout.  (VI) Isaiah n'a jamais vraiment assumé son côté sorcier. Lui, ce qu'il voulait, c'était une vie normale, où il pourrait se la couler douce. De toute façon, son intelligence exceptionnelle lui ouvrait de nombreuses portes, il ne se faisait pas de soucis à son sujet. Pourtant, quand il est tombé malade on aurait pu croire que d'une certaine façon, ça l'aurait arrangé de perdre toute sa magie puisque c'était là la chance de devenir un non-maj et de pouvoir se fondre dans la masse. Douce illusion. Isaiah a contracté le virus IV-420, ce qui a non seulement préservé sa magie, mais qui a aussi rendu ses pouvoirs encore plus aléatoires qu'avant. Aujourd'hui, en admettant qu'il ait toujours sa baguette, le sorcier pourrait provoquer des mini-catastrophes s'il venait à utiliser la magie. Il préfère donc ne pas les utiliser et ça ne lui manque pas.  (VII) Isaiah abhorre tellement son côté sorcier qu'il prie de toutes ses forces pour que son fils ne développe jamais ses pouvoirs magiques. Pour lui, être un sorcier est une plaie et non un cadeau du ciel comme beaucoup le pensaient avant que la situation dégénère. à l'heure actuelle, rien ne permet de dire que son fils est effectivement un non-maj, car il est encore trop jeune pour manifester ses premières formes de magie.  (VIII) Isaiah est tatoué et il porte des piercings. Son premier tatouage, il s'en souvient très bien. Son père l'a engueulé comme jamais, lui faisant le sermon habituel: avec ça, tu ne trouveras jamais de boulot, ça ne fait pas sérieux, ça fait sale, tu vas regretter quand tu sera vieux. Cette dispute, quoique mémorable, ne l'a pas refroidi pour autant. Ce tatouage a été le premier d'une longue lignée et Isaiah n'a jamais rien regretté. Il sera juste un petit vieux avec des tatouages et il trouve ça trop cool.  (IX) Ce qu'il trouve moins cool, en revanche, c'est le tatouage en forme de code-barres qu'il porte en tant qu'esclave. Ce motif en particulier le renvoie à une période sombre de son histoire familiale, quand la moitié des siens ont été déportés et exterminés dans les camps de concentration. Ce tatouage, il a bien essayé de le retirer lui-même, quitte à y aller au couteau. Pour lui, ce code-barres est synonyme d'humiliation ultime, c'est l'histoire qui lui dit "je t'emmerde" et c'est extrêmement douloureux.  (X) Ses cicatrices, parlons-en. Il en porte plusieurs, certaines étant plus profondes que d'autres. Il faut dire qu'Isaiah était casse-cou, il a fait les quatre cents coups et a donné des cheveux blancs à ses parents. Avec le temps, Isaiah n'est pas devenu plus raisonnable, ni plus pacifique. Il ne faut pas l'emmerder. D'ailleurs, il a de gros problèmes avec l'autorité, il a du mal à respecter une quelconque hiérarchie, ce qui lui a valu quelques coups de ceinture de son ancien propriétaire. (XI) Isaiah ne mange pas de porc, origine juives oblige. Cela ne manque pas de questionner les rares personnes qui sont au courant. Non, il ne mange pas de bacon, et non, ça ne lui manque pas puisqu'il ne sait pas quel goût ça a. Ces questions ont d'ailleurs tendance à l'agacer. Il ne sait pas ce que c'est parce que personne n'en a jamais mangé chez lui, c'est comme ça, point. Et maintenant qu'il n'est plus chez lui, ce n'est pas pour autant qu'il a envie d'en manger. Circulez, il n'y a rien à voir.  (XII) Isaiah n'est jamais tombé amoureux. L'amour, c'est beaucoup trop abstrait. C'est une âme solitaire, en perdition. Une âme qui s'éteint peu à peu. L'amour, c'est un sentiment trop abstrait, trop humain, trop difficile à comprendre, et Isaiah n'aime pas ce qu'il ne peut pas comprendre. On peut donc dire qu'il n'aime pas l'amour. Même la mère de son fils, il n'en était pas amoureux, malgré l'affection sincère qu'il avait pour elle pendant le temps que dura leur aventure. (XIII) Isaiah est très débrouillard avec les ordinateurs et plus généralement, l'informatique. Il a quelques compétences en matière de piratage, ce qui peut s'avérer très utile pour fouiner chez les non-maj. Il est aussi très bon en mathématiques, c'est pourquoi il a choisi l'arithmancie comme option, quand il était encore à l'école. (XIV) Le journalisme, en soi, ce n'était pas forcément une vocation. Pourtant, Isaiah écrivait beaucoup. Il avait une plume acérée, il était attentif aux moindres détails. Il était également doué pour la recherche, il trouve tout ce qu'il veut, que ce soit une personne ou une information. Il accomplissait un réel travail de fond, plutôt que de tomber dans le sensationnalisme et le tire-larmes. Il aurait pu devenir journaliste d'investigation. Ou détective privé. Il a choisi le journalisme, sans doute par hasard. (XV) Isaiah a la rébellion dans le sang, la révolte au corps. S'il devait y avoir un mouvement d'opposition au gouvernement actuel, il serait sans doute le premier à s'y engager. Il voit le monde tel qu'il est aujourd'hui, anticipe ce qu'il peut devenir, et il ne peut se résoudre à rester dans son coin. Sans doute le ferait-il aussi pour offrir un monde meilleur à son fils, qu'il soit sorcier ou non-maj. Il ne le ferait pas pour lui-même, parce que de toute façon, il s'estime déjà foutu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 29
Ϟ Points : 240
Ϟ Âge : 27 ans depuis peu (18 janvier) Il est du signe du capricorne.
Ϟ Statut de sang : Sang-mêlé (mère non-maj, père sorcier)
Ϟ Emploi - Études : anciennement journaliste, désormais esclave.
Ϟ Crédits : whorecrux
Isaiah A. Lawniczak

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 18:06

Once upon a time, in real life
Not a dream anymore


I- SEPT ANS (~1997)  « Tu crois que suis trop dur avec lui ? » Je me tendis en entendant la voix de mon père, qui s'adressait probablement à ma mère. Je n'étais pas censé me trouver là, on pourrait même m'accuser d'être en train d'écouter aux portes si quelqu'un venait à me surprendre. Malgré mon malaise, je me sentais taraudé par la curiosité. J'avais besoin de savoir ce que mon père avait à dire, de qui il était en train de parler. J'avais la conviction profonde qu'il était en train de parler de moi. Isaiah, le bon à rien, l'oisif, l'incapable. À me laisser vivre je provoquais l'agacement de mon père, voire son irritation. Il n'était pas rare que nos conversations, ou tout du moins, ses tentatives d'éducation tournent au pugilat. J'étais encore un enfant, mais j'étais particulièrement en avance pour mon âge, parfaitement lucide sur le monde qui m'entourait. J'avais déjà une logique qui m'était propre et qui était souvent insaisissable pour le commun des mortels dont mon père faisait partie. « Il n'a que sept ans, Stephen, il a encore le temps de faire ses preuves. » La voix de ma mère s'était élevée, calme et rassurante. « Il est complètement imperméable à ce que j'essaie de lui enseigner. J'ai pourtant tout essayé, mais rien n'y fait, il ne veut rien entendre. » « Tu devrais vraiment lui laisser le temps. » insista ma mère tout en continuant à s'affairer dans la cuisine. « Tu sais ce que les médecins ont dit à son sujet. » Silence. Je me redressai pour tendre l'oreille davantage, intrigué par ce que les médecins pouvaient bien dire de moi. « Il a les capacités pour y arriver. Il faut juste lui laisser la possibilité de faire ses preuves sans lui mettre la pression. » Mes capacités, tout le monde ne faisait que ça, de parler de mes capacités. Selon eux, j'étais un petit génie, un monsieur je-sais-tout en puissance, quelqu'un qui posait beaucoup trop de questions, et embarrassantes tant qu'à faire. Pourtant, je n'avais pas l'impression d'être intelligent, je me sentais même plutôt crétin puisque apparemment j'étais incapable de faire correctement les choses pourtant simples qu'on me demandait. Mon propre père me traitait comme si j'étais le dernier des abrutis. Il me blâmait souvent pour mon incapacité à rester concentré sur une tâche plus de cinq minutes d'affilée. Il me reprochait aussi ma forte émotivité, mes gros problèmes de gestion de la colère, faisant de moi un jeune prince arrogant et prétentieux, une graine de tyran. « Je n'aurais peut-être pas dû lui dire qu'il allait devenir une tapette. » Tapette. Une bouffée de rancoeur me traversa quand l'insulte me parvint aux oreilles, si bien que je me détournai de la conversation pour m'apprêter à regagner ma chambre. Je savais ce que ce terme signifiait parce que j'avais entendu un de mes cousins le dire et il s'était fait sévèrement réprimander par ma tante, sans qu'elle ne se doutât un seul instant que j'avais tout entendu et surtout, tout retenu, jusqu'à aujourd'hui. Et je savais également pourquoi il m'avait dit ça. Je n'étais rien d'autre qu'un rêveur, un idéaliste. Un bisounours, comme il disait si bien. Si je voulais devenir un homme, un vrai, il fallait que j'apprenne à contrôler mes émotions débordantes, à taire mes états d'âme, à cesser de faire des caprices pour tout et n'importe quoi, il fallait que je me montre solide comme un roc, endurant, en bref, que je ne me comporte pas comme une fille sinon j'allais me faire bouffer par les autres. Alors, parfois, je me demandais ce qu'il y avait de mal à tout ressentir avec la même fichue intensité, de vivre les choses à fond, sans se mettre de limites bien trop frustrantes. Je me demandais ce qu'il y avait de mal à ressentir de l'empathie, d'être ultra-réceptif au monde qui m'entoure, d'absorber comme une éponge la moindre information qui pourrait m'être utile. Tapette. Avec le temps, j'ai fini par étouffer cette partie de moi-même, j'ai même fini par la renier parce que j'en avais un peu honte. Il faut dire que je grandissais, et je ne gagnais pas toujours en sagesse. Si j'avais compris plus tôt que c'était au contraire une qualité, rare en ce monde, je ne me serais sans doute pas enfermé dans ce rôle sur mesure, construit à partir de mensonges. C'est à ce moment là que j'ai commencé à me perdre, et que je n'ai plus jamais été capable de retrouver mon chemin.

II- ONZE ANS (~2001) Les traits empreints de gravité malgré mon jeune âge, le front droit et fier, le port de tête altier comme jamais, je me frayais un chemin parmi la foule estudiantine massée dans les couloirs. C'était toujours comme ça aux inter-cours. Se rendre au cours suivant relevait véritablement du parcours du combattant. J'avais appris à ne pas y faire attention, ne serait-ce que pour éviter la surcharge sensorielle. Le brouhaha des conversations me parvenait jusqu'aux oreilles mais c'était un bruit à la fois amplifié et déformé, et bientôt, le bourdonnement dans mes oreilles s'intensifia, provoquant un début de migraine. Je fermai les yeux quelques instants et me pinçai l'arête du nez, tentant tant bien que mal de refouler mon agoraphobie naissante. Le décor tangua trop fort et je dus m'adosser au mur pour ne pas vaciller. Un troupeau d'élèves passa à côté de moi, me frôlant presque. Je me crispai. Je n'avais jamais été quelqu'un de particulièrement affectueux, je n'aimais pas beaucoup qu'on me touche, qu'on m'effleure, je n'étais pas du tout tactile. Je réprimai une bouffée d'angoisse. Je n'étais vraiment pas bien, parce que  le cours qui allait suivre était un cours pratique. J'avais beau exceller en théorie, il n'empêche qu'en pratique j'étais une véritable catastrophe, je ne savais rien faire de mes dix doigts. Il faut dire que mes capacités magiques s'étaient révélées très tardivement, ce qui avait entretenu le suspens jusqu'au bout : allais-je être un sorcier ou un non-maj ? À la maison, ils avaient même lancé des paris à mon sujet. Comme si ça allait aider ma magie à se révéler ! Au contraire, ça ne faisait que me foutre la pression inutilement. En parlant de pression, dans la mesure où j'étais scolarisé à Durmstrang, je subissais un enseignement renforcé en duels et en magie de combat. Même si je n'aimais vraiment pas ça parce que je me prenais une branlée à chaque fois, j'avais révélé quelques talents en stratégie. C'est sans doute ce qui m'avait empêché de me faire recaler lors des sélections pour savoir dans quelle classe j'allais être. Finalement, nous entrâmes dans la salle de classe. Mon angoisse était toujours présente, elle me nouait les entrailles et me donnait légèrement la nausée. « Aujourd'hui nous allons apprendre le sortilège de désarmement. » annonça l'enseignant, ce qui me fit pâlir davantage. « Vous allez être répartis par équipes de deux, et vous allez tour à tour vous entraîner à désarmer votre adversaire. C'est un sortilège basique, que vous devez maîtriser parfaitement avant de passer à des sortilèges beaucoup plus complexes. » Super. Même pour un sortilège aussi basique, comme il le disait si bien, ce n'était pas encore gagné. Je montai sur l'estrade. Mon adversaire monta à ma suite. Je le saluai, dans les règles de l'art et je m'arrêtai à une distance respectable, raide comme un piquet, les doigts crispés sur le bois de ma baguette. « Lawniczak ! Un peu plus souple, le bras ! » Je serrais les mâchoires. Il était bien gentil avec son conseil, mais si je relâchais un peu mon bras, ils allaient tous voir que j'étais en train de trembler comme une feuille et il en était hors de question ! « Expelliarmus ! » s'écria mon adversaire, me prenant presque par surprise. « Protego ! » hurlai-je en retour, créant un bouclier entre nous deux. Mon sort fut, à ma grande surprise très efficace puisque celui de mon adversaire du jour ne m'atteignit même pas. Encore tremblant, je levai mon sortilège. « C'est rassurant de voir que vous avez encore un instinct de survie. » lança âprement le professeur. «  La prochaine fois vous pourrez peut-être lancer un sort d'offensive correctement. » Je serrai les poings, encaissant le commentaire désobligeant presque sans broncher. Seul mon regard d'acier s'était durci. « Il n'était indiqué nulle part dans les consignes que je n'avais pas le droit de me défendre. » soulignai-je, courageusement, tandis que mes prunelles glacées le toisaient avec aplomb. « Et tout cela, vous l'avez induit de ce que j'ai dit.  » releva-t-il, vaguement intrigué. « Je crois, oui. » répondis-je avec un peu moins d'assurance. « Vous êtes malin. » asséna-t-il finalement, son regard acéré me transperçait. « Gardez cependant à l'esprit que ça ne vous sauvera pas indéfiniment. » Allez savoir pourquoi, ce conseil me marqua durablement, sans doute parce qu'il s'est tristement révélé vrai par la suite.

III- QUINZE ANS (~2005) « Maman ? » Je venais de m'approcher de ma mère à pas de loup, avant de tendre le bras pour attraper un toast grillé dans la corbeille en osier. Ma mère venait tout juste de les faire, l'odeur de pain grillé flottait encore dans la cuisine. Elina ne répondit rien. Elle se contenta de me faire les gros yeux tout en m'intimant de me taire. Je n'eus qu'à tourner légèrement la tête pour comprendre ce qui captivait tellement son attention. La télévision était allumée et mes parents regardaient le journal télévisé. Mes sourcils se froncèrent lorsque je lus rapidement le bandeau défilant qui annonçait une nouvelle d'une importance capitale. Les sorciers étaient en train de donner une conférence de presse pour annoncer leur existence aux non-maj, une première mondiale ! Mordant avidement dans mes toasts, je m'avançai dans le salon avant d'enjamber le dossier du canapé pour me vautrer dedans. « ça veut dire que maintenant on n'aura plus à se cacher ? » m'enquis-je, le cœur plein d'espoir, réconforté par l'idée que je n'allais plus devoir mentir à mon entourage, proche ou lointain sur ma véritable nature. « Ne t'emballe pas, ça concerne juste le Canada. » me rabroua mon père, qui gardait le regard rivé sur le petit écran. « Oui mais ça ne va pas tarder à faire le tour du monde. » soulignai-je, la bouche pleine de pain – maman avait horreur que je parle la bouche pleine, mais étrangement, cette fois, elle ne me réprimanda pas. « Avec internet, les chinois seront au courant en moins de temps qu'il faut pour le dire. » « écoute un peu ! » Ma mère venait de me dire une nouvelle fois de me taire. Je haussai les épaules avec désinvolture. Le chien bondit sur mes genoux pour me piquer ce que j'étais en train de manger. « Doucement, grosse brute ! » grognai-je à son attention, tandis qu'il me fixait de son air malheureux. Je n'aimais pas beaucoup ce chien, il bavait beaucoup trop et en plus, j'avais découvert incidemment que j'étais allergique aux poils de chien. J'avais toutefois appris à m'y faire et la présence du molosse ne me dérangeait plus. « C'est toujours pareil de toute façon. » repris-je, incapable de me taire dans un tel moment. « Il y aura d'un côté les sceptiques qui vont croire à un canular et de l'autre il y aura les incrédules qui vont se mettre à flipper parce qu'ils vont penser qu'on est en train de les envahir. Il y a aussi une troisième catégorie de personnes, ceux qui n'en ont rien à branler, mais ceux-là sont très minoritaires. » Après tout, une telle découverte suscitait toujours un certain émoi. Les plus naïfs d'entre nous pensaient que l'intérêt que nous allions susciter allait tomber d'ici quelques mois, mais je ne me faisais pas d'illusions. Je savais que cette révélation n'était qu'un début et non une fin. Si ça devait être la fin de quelque chose, c'était celle de notre anonymat. Désormais nous existions aux yeux du monde et nous allions devoir affronter leurs regards tantôt apeurés, tantôt hostiles. Maintenant que c'était fait, je me demandais si c'était vraiment une bonne chose. « Maman, comment as-tu connu l'existence de notre monde ? » La réponse, en soi, pouvait paraître extrêmement simple mais dans les faits tout pouvait être rapidement compliqué. Cacher sa véritable nature n'avait rien d'anodin, parfois, c'était même une question de survie. « Et bien...J'ai été mise dans le secret quand ton père et moi avons décidé de nous marier. » répondit Elina en toute franchise. « Tu n'es pas sans savoir que même si les unions entre sorciers et moldus n'étaient pas totalement prohibées, il n'en demeure pas moins qu'elles étaient fortement déconseillées, pour les raisons que tu imagines. » Je grimaçais. Même si les non-maj avaient parfois une imagination débordante, ils n'acceptaient pas forcément tous les phénomènes qui dépassaient leur entendement. C'était toujours difficile d'admettre l'existence d'une chose que nous étions bien incapables d'expliquer. Je finis par soupirer lourdement, quelque peu dubitatif. « Non, rien, laisse tomber. » dis-je avant de me lever. L'amertume m'était tombé dessus sans prévenir. J'étais tellement soulagé à l'idée que je n'allais plus être obligé de mentir mais ma joie était retombée presque aussitôt. Je me sentais...découragé. « Qu'est-ce qu'il lui prend ? » interrogea mon père, interloqué par mon attitude fuyarde. « ça lui passera. » le rassura ma mère. Elle avait tort. Ça ne m'est jamais passé.  

IV- DIX-HUIT ANS (~2008) Voilà trois ans que l'existence des sorciers avaient été révélée au grand jour. Je n'étais plus obligé de mentir, de me cacher. Quand je rencontrais des nouvelles personnes, je  confiais ma nature de sorcier vite fait, en passant, c'était devenu anecdotique. Je n'étais pas certain que tous les non-maj étaient ravis de cette nouvelle et tous n'arrivaient sans doute pas à s'y faire, mais je me sentais plein d'espoir pour l'avenir. Mon côté profondément idéaliste reprenait le dessus, peut-être qu'un jour j'allais même me réconcilier avec ma magie...un jour peut-être. J'avais dix-huit ans, des rêves plein la tête, je venais de terminer ma scolarité à Durmstrang et je recherchais un travail. Je me trouvais actuellement au Canada, de l'autre côté de l'Atlantique. J'espérais percer dans le journalisme, d'ailleurs, j'étais face à mon futur employeur et il était en train d'examiner mon dossier. Assis sur ma chaise, un peu raide, je me tordais les doigts, attendant impatiemment une quelconque réaction de sa part. « Monsieur Lawniczak, je viens de voir que dans votre dossier, plusieurs incidents disons...disciplinaires y ont été relatés. Pouvez-vous m'éclairer à ce sujet? » Je tripotais à présent le bracelet de la montre que j'avais reçue à mon anniversaire. Elle était flambant neuve, mais elle ne le sera plus pour très longtemps. « J'ai failli me faire renvoyer lors de ma sixième année d'étude. » répondis-je en toute franchise – à quoi cela me servirait-il de mentir de toute façon, puisque ce dénommé Perry avait mon dossier sous les yeux ? « Je suppose que j'ai eu chaud ce jour là. » J'émis un ricanement embarrassé, tandis que je passais une main anxieuse dans mes cheveux blonds. « Que s'est-il passé ? Pourquoi vous ont-ils gardé ? » Je ricanai à nouveau. « Parce que j'ai du potentiel. » Je n'assumais pas vraiment. C'était même quelque chose dont j'avais un peu honte – le potentiel, c'était un truc d'intello, de fayot, de chouchou, n'est-ce pas ? Comment ça pouvait être pris pour un compliment ? « On ne fait que me le répéter depuis que je suis petit, alors, je suppose que c'est vrai. » Je m'étais mis à battre la mesure. « Cela ne me dit pas comment vous vous êtes retrouvé dans cette situation. » Je ne tenais vraiment plus en place. « Je suis juif. » Comme il semblait ne pas comprendre, je jugeai bon de poursuivre mes explications. « Vous savez, ce n'était pas très bien vu, de là où je venais. Imaginez pour moi la double peine, non seulement j'étais un sorcier, mais j'étais aussi un juif. Je ne voulais pas être un sorcier. » Silence. « Je suppose que je ne voulais pas être juif non plus, mais ce sont des choses qu'on ne choisit pas, pas vrai ? » Je n'étais pas obligé de le prendre à parti, mais je l'avais fait. « Quoiqu'il en soit, un petit malin a jugé bon de me titiller là dessus...que je suis juif. » Comme si j'avais besoin de le préciser. « Ma mère avait peur. Elle voulait tellement qu'on s'intègre dans la société que je n'ai jamais eu accès à ma culture d'origine, pourtant, ce sont des racines. Elle m'avait prévenu que les gens sont mauvais, elle m'a fait comprendre que c'était important de se cacher, de ne pas dire aux gens qui nous étions. Nous ne disions rien, mais mais ils finissaient toujours par savoir. » Mon ton était soudainement devenu amer et vindicatif. Sujet sensible, à l'évidence. Perry hocha la tête et tourna une page. Il avait compris que je m'étais battu avec ce type. Je ne l'avais pas loupé. C'était suffisamment grave pour me faire renvoyer. Ils n'avaient pas compris que j'avais préféré sacrifier mon potentiel pour défendre ma judéité. J'avais honte de l'un. Je n'assumais pas totalement l'autre. Comment pouvais-je choisir ? Cela revenait à choisir entre la peste et le choléra. Ils avaient tout gagné. Ils avaient réussi à me dégoûter de ce que j'étais, à me faire croire que c'était mal. « Et pourquoi vous êtes venu ici, au Canada ? » Je me mordais l'intérieur des joues. J'avais le goût du sang sur le bout de la langue. Du sang rouge, comme tous les autres. Sorcier ou non-maj. Juif ou pas juif. « Je suppose que j'avais besoin de changement. » Je souris. Ma réponse parut plaire à Perry, qui hocha la tête. « On vous prend. » Je me figeai de surprise. « Pardon ? » m'enquis-je, comme si je n'avais pas bien entendu. « J'ai lu vos écrits, Isaiah. Vous êtes exactement ce que nous recherchons. J'avais quelques réticences sur les quelques...accidents que nous venons d'expliciter, mais je suis convaincu d'une chose. Vous êtes une bonne personne, vous avez quelque chose de rare qu'il faut entretenir. Je suis curieux de voir jusqu'où vous irez. » J'étais tellement abasourdi que je le fixais avec des yeux ronds. « Je commence quand ? » balbutiai-je, ne croyant pas à ce soudain coup de poker. « Dès Lundi ? » suggéra-t-il. J'acquiesçai vivement. « C'est parfait. »

V- VINGT ANS. (~2010)
Maman,

Pardonne-moi mon si long silence, mais je suis malade. Je ne sais pas du tout comment j'ai pu choper ça. Je pensais qu'il ne s'agissait que d'une mauvaise grippe. Je n'avais jamais autant eu la crève, je crois. J'ai dû m'absenter plusieurs jours du journal. Je ne saurais pas dire dans combien de temps je pourrai reprendre le travail. J'ai voulu y retourner quand je me pensais guéri, mais j'ai raté mon transplanage. J'ai alors compris que ce n'était pas qu'une simple crève. Quelque chose ne tournait pas rond, je ne rate jamais mon transplanage, c'est même le seul truc magique que je sais faire à peu près correctement. Les autorités ont dû venir rassembler les morceaux de mon corps qui s'étaient désartibulés. C'était tellement bizarre comme sensation que je ne suis pas certain de vouloir revivre ça.

J'ai vraiment passé une semaine étrange. J'ai encore besoin de dormir, de me reposer, mais même sortir de mon lit me paraît difficile. Je suis en train de me faire violence pour pouvoir t'écrire cette lettre. J'arrive à peine à tenir ma plume. Alors, j'ai utilisé une plume à papote, à la place. Les médicomages m'ont conseillé de prendre les transports en commun pendant quelques temps, le temps que mon état s'améliore. Ils m'ont aussi conseillé de ne pas utiliser la magie, juste au cas où. Paraît que ça s'appelle principe de précaution.
Je n'aurais jamais pensé dire ça mais, ça me manque., je veux dire...la magie. Avant, j'avais le choix de pouvoir l'utiliser ou non si je le voulais mais maintenant, je me sens mis au pied du mur et je n'aime pas ça du tout. Je n'aime pas qu'on restreigne mes choix. Ça me rend dingue de ne pas savoir pendant combien de temps ces restrictions resteront en vigueur. Je déteste ne pas savoir. J'essaie d'écrire mon article tant que je suis au calme, à la maison, mais j'ai de fortes poussées de fièvre et des fois, je vois double, comme quand je suis bourré. Pardon maman, je sais que tu n'as pas vraiment envie de savoir ce genre de détails.

Quoiqu'il en soit, ne t'inquiètes pas. Ce n'est qu'une sale crève. Un petit virus de rien du tout, mais capable d'assommer un cheval, alors, imagine quel effet ça fait, sur quelqu'un comme moi ! Promis, je me soigne bien vite et je te donne d'autres nouvelles très bientôt.

Ton fils,
Isaiah.


NB : C'est la dernière lettre qu'Isaiah a envoyé à sa mère, en septembre 2010, avant d'être mis en quarantaine dans une base militaire. Il a été infecté par le virus IV-420. Sa baguette lui a été définitivement confisquée, de même que son permis de transplanage. Il n'a plus jamais utilisé la magie.

VI- VINGT-ET-UN ANS (~2011) J'avais mal. Ce n'était pas une douleur vive, c'était une douleur plus aiguë, comme des picotements, mais je douillais tellement que j'avais l'impression qu'on avait versé du sel sur mes plaies. Je m'étais battu, encore une fois. Je m'étais battu et mes jointures avaient explosé. La souffrance était vide, mais ce n'était rien en comparaison de celle qui me rongeait de l'intérieur. Je ne vivais plus, je survivais. Je n'étais plus malade, plus vraiment mais je n'étais pas tiré d'affaire pour autant. Cette saloperie revenait, comme un boomerang, on ne s'en débarrassait jamais vraiment, ça collait à la peau comme un mauvais sort. Je m'étais assis sur le bord du lit, le corps tremblant et la respiration saccadée. Je portais mes mains ensanglantées à mon visage et je restai ainsi, prostré. Je ne savais pas pendant combien de temps j'étais resté ainsi. Tout ce que je savais, c'était que quelqu'un finit par taper à la porte. Je ne daignai pas me redresser. Cela ne découragea pas mon visiteur, ou tout du moins, ma visiteuse parce qu'un parfum féminin et entêtant flottait dans son sillage. Elle vint s'asseoir à côté de moi, sur le bord du lit. « Je peux ? » demanda-t-elle, en désignant du menton mes mains meurtries. Je lui adressai un regard empli de méfiance. Elle ne broncha pas. Avant que je puisse protester, elle mit une trousse de premiers soins entre nous. « Il faut nettoyer tout ça. » décréta-t-elle d'un ton décidé. « Laisse. » Mon ton n'avait rien d'aimable, ni d'avenant. Je n'avais pas besoin de compagnie. Je voulais rester seul, parce que je ne supportais plus personne. « Très bien. » dit-elle, sèchement. « Si tu le prends comme ça, démerde-toi. » Sur-ce, elle se leva et fit mine de s'en aller. Pris de remords, je parus hésiter quelques instants. « Attends. » Elle s'arrêta en plein mouvement. Puis, elle revint sur ses pas, m'attrapa par le bras et me tira jusqu'à la salle de bains, la trousse à pharmacie sous le bras. Quelques instants plus tard, elle était en train de nettoyer mes plaies. « ça fait mal ? » s'enquit-elle, mi intriguée, mi inquiète. « Non. » mentis-je, alors que ces horribles picotements se répercutaient jusqu'au bout de mes phalanges, comme une onde de choc. « Je crois que tu t'es pété un doigt. » constata-t-elle en fronçant les sourcils. « On va te mettre une attelle. » Je grimaçai. « Si j'avais pu utiliser ma magie, ça serait fait en moins de temps qu'il faut pour le dire. » « Tu regrettes ? » Elle avait posé la question du tac-au-tac, sans aucune pudeur, sans prendre les gants. Ça me plaisait. « Je veux dire, la magie. » Elle avait soufflé ce dernier mot du bout des lèvres, comme si elle venait de révéler un détail plutôt tabou. Elle regarda précipitamment derrière elle, de crainte que quelqu'un nous surveille. « Toutes ces précautions, je suis touché. » raillai-je, sarcastique comme à chaque fois que je me sentais déstabilisé – et c'était encore une fois le cas. « Je sais que tu n'es qu'à moitié sorcier. » dit-elle en enroulant un bandage autour de ma main blessée. « Et je sais aussi que tu es quelqu'un de bien, malgré tes airs de petit con. » « Je vais le prendre pour un compliment. » « Sérieusement, Isaiah, comment as-tu... » Je n'eus pas besoin d'attendre qu'elle finisse sa phrase pour comprendre ce qu'elle voulait dire. « Comment j'ai pu tomber aussi bas, hein ? » Mon ton n'avait plus rien de gentil, de compréhensif, ou d'avenant. « C'est à cause de gens comme toi que j'en suis rendu là. » Je ne voulais pas mâcher mes mots, parce que je voulais la blesser. Elle ne m'avait rien fait, c'était peut-être gratuit, mais elle prenait pour tous les autres parce que j'en avais marre. « T'auras qu'à demander ce qui est passé dans la tête des gens de ton peuple pour voter des lois qui m'ont réduit en esclavage, t'auras qu'à leur demander, toi, pourquoi ils ont massacré les nôtres. T'étais où, toi, quand il y avait tous ces gens dans la rue, parce qu'ils étaient malades, parce qu'ils avaient peur, parce qu'ils pensaient qu'il n'y avait aucune issue ? » Elle avait blêmi. Tant pis pour elle. Je poursuivis sur ma lancée. « Moi je sais, parce que j'y étais. Ce que j'ignorais par contre, c'est que mon propre père était lui aussi dans la foule, ce jour-là. Il était resté en Pologne, mais il a voulu venir dès qu'il a su que j'étais malade, que mes pouvoirs étaient en train de déconner et qu'ils m'ont enfermé comme un putain de singe dans un zoo. » « Arrête. » gémit-elle, horrifiée par ce que j'étais en train de lui jeter à la figure, sans la moindre délicatesse. « Et tu sais quoi ? » Ma colère palpitait, elle me brûlait les entrailles, déversait un goût amer dans ma bouche. Mon cœur enflait dans ma poitrine, je le sentais cogner, gronder. « Il est mort. » Ces trois mots flottèrent entre nous, laissant un profond malaise. « Il est mort avant même qu'on ait eu l'occasion de se réconcilier, parce que c'était trop tard. » J'avais tout à coup envie de rire. J'étais proche de basculer dans la démence, parce que j'étais en train de péter un plomb. « Alors tu sais quoi ? La prochaine fois que tu voudras savoir pourquoi je suis tombé aussi bas, pose-toi les bonnes questions. Vous n'êtes pas des saints. Je ne sais pas ce qu'ils sont allés vous dire sur nous, mais un jour, tu vas devoir choisir ton camp. Soit tu cautionnes le traitement inhumain qui nous est infligé et dans ce cas ce n'est même plus la peine de m'adresser la parole, soit ça te fout la haine qu'il y ait encore de telles injustices de nos jours, et alors, tiens-toi à nos côtés. Mais tu vas devoir choisir. » Je n'étais pas certain que mon ultimatum soit réellement efficace, ni même que j'aie réellement réussi à la convaincre, mais mon discours eut quand même un impact sur elle, puisqu'elle me jeta un regard désespéré avant de s'enfuir.

VII- VINGT-QUATRE ANS(~2014)
Maman,

J'ignore si cette lettre te parviendra, parce qu'ils contrôlent tout ici. Ils sont tellement flippés à l'idée que le virus puisse se propager à l'extérieur des frontières qu'ils ont préféré tout boucler, nous obligeant à vivre en autarcie. Nous sommes bouclés sur ce territoire et je ne sais pas si je pourrai rentrer à la maison un jour. J'ai voulu partir dans l'espoir d'embrasser une vie meilleure, mais j'ai l'impression que tout devient de pire en pire. Je n'ai jamais été très croyant mais aujourd'hui, je suis persuadé que l'Enfer se trouve sur Terre.

Je ne suis plus rien, Maman. Je n'ai plus rien, plus de baguette, plus d'argent, plus de papiers. Je n'existe plus, j'ai été rayé de la surface du globe. Je suis réduit à voler du papier à mes propriétaires pour pouvoir t'écrire. Je prends des gros risques en ne sachant même pas si cette lettre arrivera à destination, mais cela n'a plus d'importance, parce qu'il fallait que je te le dise.

J'ai un fils.

Il s'appelle Noah. Il est né il y a quelques jours et je l'ai à peine aperçu. Il a les cheveux blonds, comme moi, mais ça s'arrêtera là. à ses yeux, je ne serai jamais son père. Il sera élevé dans le mensonge, car la vérité le jetterait dans l'opprobre. Je ne veux pas qu'il connaisse le même destin que moi. Il est né libre, je souhaite qu'il reste ainsi, libre, comme le sont les citoyens de ce pays. Il a la chance d'être de l'autre côté de la barrière. Je prie, maman. Je n'ai jamais cru en ton dieu, je ne sais même pas comment on fait, mais je prie, parce qu'il ne faut pas qu'il ait la moindre goutte de magie dans ses veines. Jamais. Je ne veux pas qu'il finisse comme papa. Comme moi.

Tu y crois, toi ? J'ai contribué à engendrer cette vie, il y a quelqu'un, ici, qui a mon sang, mes gènes, mais il n'aura ni mon nom, ni mon héritage parce qu'il n'y a rien à hériter. Je ne sais plus quoi penser. Je savais que cette histoire se finirait forcément mal, qu'il ne pouvait pas y avoir d'issue heureuse mais ça fout la haine quand ça arrive.

J'ignore de quoi demain sera fait. Je ne suis pas sûr qu'un jour, mon fils sache qui je suis. Ai-je seulement le droit de le revendiquer ? Dans le fond, je n'ai rien fait d'autre que de mettre cette fille enceinte, et parfois je regrette. Je ne m'inquiète pas pour elle, parce qu'elle a réussi à monter un bobard pour expliquer l'existence de Noah. Elle s'est inventé un petit-ami imaginaire, une histoire tragique, à base d'abandon, et de solitude. Je ne m'inquiète pas pour moi non plus. ça fait bien longtemps que je n'accorde plus d'importance à ma propre vie. Je ne sais même pas si je survivrai un jour de plus. Je m'inquiète surtout pour lui, parce qu'il n'a rien demandé à personne, en fin de compte. On continue à faire naître des enfants dans ce monde pourri, qui ne leur apportera que des cauchemars et que de la souffrance. Ma foi en l'humanité, elle, ne fait que s'éteindre, tout doucement.

Je crois bien qu'aujourd'hui, je ne crois plus en rien.

Je ne sais pas dans combien de temps je pourrai à nouveau t'écrire. Je ne suis plus autorisé à rester dans cette famille. Mon nouveau propriétaire m'a acheté pour un prix assez exorbitant. Je ne sais pas combien il a déboursé pour me mettre la main dessus, mais il paraît que mon intelligence y est pour quelque chose. Je ne sais pas ce qu'ils manigancent, mais ça ne me dit rien de bon.

Prends soin de toi, maman. C'est tout ce que je te demande.
Ton fils,
Isaiah.

TO BE CONTINUED...
 
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 148
Ϟ Points : 523
Ϟ Âge : 51 ans
Ϟ Statut de sang : Non-Maj
Ϟ Emploi - Études : Rentière de la fortune Blackstone
Ϟ Crédits : @Wiise (avatar)
Ophélia Blackstone

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 18:12

Bienvenue :hi!:

J'adore ton vava :drool: j'ai hâte d'en savoir plus sur ton perso. J'espère que tu te plairas ici et si tu as la moindre question, n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 223
Ϟ Points : 253
Ϟ Âge : Cela fait 27 ans que tu foules cette Terre.
Ϟ Statut de sang : Qui est encore Sang-Pur de nos jours ? Tu es une Sang-Mêlé.
Ϟ Emploi - Études : Tu te préparais à devenir professeure... aujourd'hui tu es esclave.
Ϟ Crédits : Shiya et Tumblr
Robyn Walker

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 18:35

JE TE FAIS DES BÉBÉS AUDREY :cutie: On va se trouver un lien canon

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 210
Ϟ Points : 447
Ϟ Âge : 25 ans
Ϟ Statut de sang : Sang-mêlé
Ϟ Emploi - Études : Esclave
Ϟ Localisation : Entre les griffes de Lucian
Kenneth Marshall

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 18:53

L'avatar :love: Le pseudo :love: La plume :love: Les origines et l'originalité du perso :lalove:

Bon sang je sens que tu vas envoyer du lourd toi, et j'adore le peu que tu as déjà mis ! Hâte d'en lire plus et de t'accueillir parmi nous ! ^^
Bienvenue et n'hésite pas à nous harceler si tu as des questions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 256
Ϟ Points : 672
Ϟ Âge : 35 ans
Ϟ Statut de sang : Non-maj
Ϟ Emploi - Études : Ministre de la défense et de l’armée & Héritier du Groupe Vauxs
Ϟ Crédits : Class Whore & tumblr
Lucifer Vauxs

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 18:54

JCBBBB ! Comment tu as fais le bonheur de MVVD :hihi:

Super avatar et personnage qui promet grave de ce que j'ai pu savoir ! Hâte d'en lire davantage et bon courage pour la rédaction ! :pornstache: :love:

PS : Personne n'a vu mon fail avec le compte PNJ, personne, chut !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avatar
Profil
Invité

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 19:13

Écoute, je ne me propose pas pour faire partie du fanclub qui semble bien garni (même si Jamie :cutie: ) , mais je te souhaite tout de même bienvenue! :hi!:
Revenir en haut Aller en bas

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 29
Ϟ Points : 240
Ϟ Âge : 27 ans depuis peu (18 janvier) Il est du signe du capricorne.
Ϟ Statut de sang : Sang-mêlé (mère non-maj, père sorcier)
Ϟ Emploi - Études : anciennement journaliste, désormais esclave.
Ϟ Crédits : whorecrux
Isaiah A. Lawniczak

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 19:30

Ophélia + Oh, Sharon Stone :innocent: On ne la voit que trop peu sur les forums et c'est dommage parce qu'elle est sublime. Merci pour ton accueil, je me sens déjà à la maison I love you

Robyn + Mais fais donc :héhé: Bien sûr qu'on va se trouver un lien, c'est même pas négociable, puis on avait déjà commencé à en parler, y'a plus qu'à finir :hawaii:

Kenneth + Ooow, tous ces compliments, tu vas finir par me faire rougir :cute: Maintenant c'est malin j'ai la pression :mdr: J'espère que mon bébé va toujours te plaire une fois que j'aurai fini cette fiche :mdr:

Lucifer + Tu m'as butée :mdr: :mdr: J'me suis dit wow, le premier ministre m'accueille en personne, j'en suis honorée :mdr: C'est pas grave pour le fail, c'était chou I love you

Lucian + On n'est jamais trop nombreux dans un fanclub :héhé: :boude2: Plus on est de fous, plus on rit : :lap: Merci à toi :cute: I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 236
Ϟ Points : 612
Ϟ Âge : trente-quatre ans.
Ϟ Statut de sang : non-maj.
Ϟ Emploi - Études : sergent, instructeur à ses heures perdues, soldat black ops temporairement inactif.
Ϟ Crédits : ah + tumblr.
Ϟ Localisation : avec ta femme.
Teddy Shughart

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Dim 18 Déc - 21:29

Quel début de fiche :faint: :faint:
Puis le combo pseudo + JCB :sex:
Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! :cute: I love you

_________________

    ― leave me to dream ―
    And all these sorrows I have seen They lead me to believe That everything’s a mess. But I wanna dream, Leave me to dream.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 243
Ϟ Points : 829
Ϟ Âge : 48 ans
Ϟ Statut de sang : Non-Maj
Ϟ Emploi - Études : Premier Ministre du Canada
Ϟ Crédits : Wiise
Ϟ Localisation : Au Parlement d'Ottawa
Le Premier Ministre

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Lun 26 Déc - 15:42

Plus que quelques jours
Tu as tout ton temps !
Nous te rappelons qu'il te reste trois jours avant que ta fiche ne soit déplacée dans les fiches en danger. Pas de panique, car une fois là-bas il te restera une semaine pour la terminer : tu as donc le temps, mais si jamais tu as besoin d'un délai supplémentaire, n'hésite pas à envoyer un mp au staff pour le demander. :heart2:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 29
Ϟ Points : 240
Ϟ Âge : 27 ans depuis peu (18 janvier) Il est du signe du capricorne.
Ϟ Statut de sang : Sang-mêlé (mère non-maj, père sorcier)
Ϟ Emploi - Études : anciennement journaliste, désormais esclave.
Ϟ Crédits : whorecrux
Isaiah A. Lawniczak

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Mar 27 Déc - 22:05

Je suis désolée si je traîne un peu la patte, je me suis laissée engloutir par la flemme post repas de Noël et je cogitais encore à certaines choses (je perds toujours un temps fou sur les petits détails insignifiants :rip: ) Mais promis, je m'active, avec un peu de chance je ne devrais pas avoir besoin de délai mais si jamais c'est trop juste je n'hésiterai pas :lapin:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 210
Ϟ Points : 447
Ϟ Âge : 25 ans
Ϟ Statut de sang : Sang-mêlé
Ϟ Emploi - Études : Esclave
Ϟ Localisation : Entre les griffes de Lucian
Kenneth Marshall

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Mar 27 Déc - 23:00

Il n'y a pas de souci alors ^^ On t'accorde un délai d'une semaine supplémentaire : il est vrai qu'avec la folie des fêtes, c'était vraiment chaud en ce moment donc c'est tout à fait compréhensible.
Bon courage à toi ! :heart2:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 243
Ϟ Points : 829
Ϟ Âge : 48 ans
Ϟ Statut de sang : Non-Maj
Ϟ Emploi - Études : Premier Ministre du Canada
Ϟ Crédits : Wiise
Ϟ Localisation : Au Parlement d'Ottawa
Le Premier Ministre

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Mar 3 Jan - 12:00

Fiche en danger
Mais il ne faut pas paniquer !
Tu as posté ta fiche il y a 10 jours maintenant et comme elle n'est pas finie, elle passe dans les fiches en danger. Cela dit, pas de panique ! Tu as encore une semaine pour la compléter et la finir, ainsi que de demander sa validation auprès du staff. Passé ce délai, elle sera archivée et ton compte supprimé.
En espérant te compter bientôt parmi nos membres validés :heart2:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 29
Ϟ Points : 240
Ϟ Âge : 27 ans depuis peu (18 janvier) Il est du signe du capricorne.
Ϟ Statut de sang : Sang-mêlé (mère non-maj, père sorcier)
Ϟ Emploi - Études : anciennement journaliste, désormais esclave.
Ϟ Crédits : whorecrux
Isaiah A. Lawniczak

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Mer 4 Jan - 21:10

Me revoilà! :hysté:

Merci pour le délai, il m'a été très utile I love you Je pense que j'ai tout bien fini, ce fut long, j'ai sué sang et eau, je viens de fignoler le tout, mais I'M DONE :fire:

Sur-ce je vais m'écrouler devant mes séries. :hero: J'espère avoir été à la hauteur de vos attentes, du coup :cute: Bon courage pour lire tout ça, en tout cas, et surtout BONNE ANNÉE  :dance: :ymca:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 223
Ϟ Points : 253
Ϟ Âge : Cela fait 27 ans que tu foules cette Terre.
Ϟ Statut de sang : Qui est encore Sang-Pur de nos jours ? Tu es une Sang-Mêlé.
Ϟ Emploi - Études : Tu te préparais à devenir professeure... aujourd'hui tu es esclave.
Ϟ Crédits : Shiya et Tumblr
Robyn Walker

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Jeu 5 Jan - 18:46

Ça valait vraiment le coup d'attendre, ta fiche est une vraie pépite ! Isaiah me fait tellement de peine omg, j'avais envie de lui faire des câlins ! :crying: puis la toute dernière lettre :crying: ça m'a tellement brisée le cœur :crying:

Tu as une plume tellement merveilleuse en plus, c'était vraiment agréable à lire, même si tu nous as fait un vrai roman en 15 tomes ! :mdr: avec les deux derniers tomes excessivement tristes :trs:

À très vit en RP ! :cutie:

 
Bienvenue à Ottawa !

Nous espérons de tout cœur que tu te plairas parmi nous et que tu resteras longtemps sur IV (sinon on te kidnappe et on te fait un lavage de cerveau  ).

Avant toute chose, si tu es encore un peu perdu par rapport au contexte, tu peux consulter l'Annexe du flemmard qui te résumera l'essentiel (n'hésite pas à cliquer sur les petits liens pour plus de détails  ), sinon tu peux faire appel à n'importe quelle staffienne qui sera ravi de te répondre.
Pense à aller voir comment le système de points et la Boutique fonctionnent   . Nous t'invitons également à aller faire ta fiche de liens et RPs, ne serait-ce que pour t'aider à te tenir à jour  .

Une fois la paperasse terminée, il n'y a plus qu'à te lancer ! Tu as pléthore de choix : outre les RPs lambdas (c'est rétro, mais toujours à la mode), tu peux aussi faire un flashback, flashfoward ou UA, tu peux également envoyer un mail, un sms, réagir sur les réseaux sociaux, ou encore participer à un event ou une mission. Et si tu as trop de choix et que tu ne sais pas par où commencer, fais un tour par les demandes de RPs.

Bref pas de contrainte, un max de liberté !  



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avataravatar
ProfilϞ Messages : 29
Ϟ Points : 240
Ϟ Âge : 27 ans depuis peu (18 janvier) Il est du signe du capricorne.
Ϟ Statut de sang : Sang-mêlé (mère non-maj, père sorcier)
Ϟ Emploi - Études : anciennement journaliste, désormais esclave.
Ϟ Crédits : whorecrux
Isaiah A. Lawniczak

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    Jeu 5 Jan - 19:34

Moooh, merci pour tous ces jolis compliments, c'est adorable :cutie: :love: (même si j'ai eu droit à des commentaires en live, haha) Maintenant y'a plus qu'à :hysté: Je vais pouvoir rajouter du drama dans la vie d'Isaiah :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Avatar
Profil
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Isaiah + you're a drop in the rain, just a number not a name.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» drop sur les boss monsters
» diverses questions sur les drop ns et les mob de moonshines
» Fiche de Rain Maniko
» Drop 73-77
» Strayana Drop et EXP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Incarcerem Vitae :: Ressources humaines :: Fiche d'Identité :: Identification Complétée-
Sauter vers: